Le Plessis Paté

Ce n’est pas parce que l’on se trouve à 30 kilomètres des faubourgs parisiens, sur un territoire semi-rural que le maintien de la biodiversité n’est pas un enjeu. Au Plessis-Pâté, l’esprit a toujours été au maintien de la nature. La petite ville de près de 4000 âmes a récemment adhéré à l’organisme régional Natureparif et invite régulièrement ses habitants à verdir la commune.

L’an passé, tous les Plesséiens ont reçu dans le journal municipal un sachet Laissons Pousser ! pour semer des fleurs sauvages au fond de leur jardin. Avec une très large majorité de pavillons, c’était un bon moyen de voir à nouveau voler les papillons. Les enfants du centre de loisirs ont également été mis à contribution.

Pour cette seconde édition, le mode opératoire est maintenu mais les sites d’ensemencement sont légèrement modifiés. En effet, le gros du projet sera réalisé par les enfants du Centre de Loisirs, appuyés techniquement par les agents des espaces verts. De plus une distribution dans les boîtes aux lettres est prévue pour que chacun puisse laisser pousser.

Tout se passera donc pendant les vacances scolaires d’avril. Une sensibilisation des animateurs du centre de loisirs sur cette opération (principe, détails techniques, …) et sur l’intérêt du retour de la nature en ville en lien avec le maintien de la biodiversité est prévue pour la fin mars. Comme ça, ils pourront mieux en parler aux enfants.

> Où semer, où trouver les sachets ?

> Quelles nouvelles ?

> Plus de biodiversité dans ma cité !


nous écrire : contact@laissonspousser.fr - dossier de presse : télécharger en PDF - création graphique : collectif Au fond à gauche - Tous droits réservés pour les textes et les images
images de plantes fournies par NovaFlore et Wikipédia (GPL/CC-BY-SA) - motorisé par SPIP
2010 2011 2012 2013