Le Plessis Paté : plus de biodiversité dans ma cité !

Vue du ciel, la commune du Plessis Pâté ressemble à un enchevêtrement de maisons posées au milieu des champs. De plus près, cette petite ville du département de l’Essonne est plus verte que grise tant les jardins individuels sont nombreux. Ici commune et habitants conjuguent leurs efforts pour jardiner plus vert.

Jardiner pour boire propre

Faire disparaître les produits phytosanitaires de l’entretien des espaces verts, telle est l’ambition de la commune qui, depuis plusieurs années, s’est engagée dans la campagne Phyt’eaux cité. Ce programme développé à l’initiative du Syndicat des eaux d’Ile-de-France implique 73 communes des bassins de la Seine, de l’Orge et de l’Yvette. Le Plessis Pâté s’est ainsi engagé à limiter l’emploi de produits chimiques pour entretenir ses espaces verts. Désormais, on désherbe thermiquement, on laisse les pissenlits pousser ici et là, on ressort les binettes. Un plan de gestion différenciée devrait voir le jour prochainement. Grâce aux efforts du Plessis Pâté et des communes voisines, les analyses réalisées sur les rivières du coin ont montré une baisse significative des flux de pesticides transitant par l’Yvette, de l’ordre de 57 %. Une goutte d’eau ?

Sauver une goutte

Un binage est égal à deux arrosages. Dans la commune, on connaît bien l’adage. On prône aussi le paillage. Pour l’entretien de ses massifs de fleurs et de buissons, la commune utilise des copeaux de bois. Etalé sur le sol, ce paillage permet de réduire l’évapotranspiration et fait baisser naturellement les besoins en arrosage.

nous écrire : contact@laissonspousser.fr - dossier de presse : télécharger en PDF - création graphique : collectif Au fond à gauche - Tous droits réservés pour les textes et les images
images de plantes fournies par NovaFlore et Wikipédia (GPL/CC-BY-SA) - motorisé par SPIP
2010 2011 2012 2013